30 juillet 2015

L'emmaillotage!

555797_510654365683789_40584677_n

 

Les problèmes de sommeil sont fréquents : 31 % des bébés ont des nuits perturbées et 27 % ont des difficultés d'endormissement. Des bébés qui ne trouvaient pas le sommeil se sont endormis quasiment instantanément avec cette technique, témoignent des jeunes mamans, d'autres qui se réveillaient passent pratiquement des nuits complètes…

En fait, il semble effectivement que l'emmaillotement facilite le sommeil de bébé. Cette position pourrait lui rappeler les limites du ventre de maman et calmer ainsi des angoisses : car le fait de se retrouver dans un grand lit vide, plein d'espace est un stress pour bébé.

De plus, les réveils nocturnes sont parfois liés à des mouvements désordonnés des bras, le "réflexe de Moro". L'emmaillotement permettrait alors de faire disparaître la cause, favorisant le sommeil.

Mais attention à ne pas comprimer bébé! Il s'agit seulement de maintenir son petit corps enserré dans un cocon. Trop serrer la couverture pourrait être dangereux, alors allez-y doucement.

Seul problème : déshabituer bébé. Lorsqu'il a pris l'habitude de s'endormir de cette façon, difficile de changer ce rituel en grandissant. Les professionnels conseillent d'y aller progressivement : en laissant d'abord un bras libre, puis le second… Je vous rappelle qu'on doit stopper l'emmaillotement quand le bébé commence à contrôler ses membres et à gigoter, soit vers 3 mois.

Si vous avez peur de vous y mettre, il existe des couvertures spéciales emmaillotage, qui facilitent grandement la tâche. Vous pourrez vous les procurer sur Internet, en cherchant un peu.

Posté par Assya Hayati à 22:10 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,

Tout est inscrit dès l'utérus

embryon

 

 

D'après Anas ibn Mâlik (qu'Allah soit satisfait de lui), le Prophète (pbAsl) a dit :

Certes Allah - à Lui la puissance et la gloire - a confié l’utérus à un Ange qui dit: "Seigneur! Ceci est une goutte de sperme; Seigneur! Ceci est une adhérence; Seigneur! Ceci est un embryon". Lorsque Allah veut alors créer un être, l'Ange demande: "Sera-ce un mâle ou une femelle, un misérable ou un heureux? Quelle sera sa part des biens de ce monde? Quel sera le terme de sa vie?". Et tout cela est inscrit alors qu'il est encore dans l'utérus.

Numéro du Hadith dans le Sahîh de Muslim 4785

Posté par Assya Hayati à 18:55 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,

Parole d'Allah ♥

embryon-640x360

 

Allâh Azzawajâl a dit :

" Il vous crée dans les ventres de vos mères, création après création, dans trois ténèbres. Tel est Allah, votre Seigneur! "

[Sourate 39, verset 6]

Posté par Assya Hayati à 18:46 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,

Dou3as pour tomber enceinte

il-fait-un-test-de-grossesse-qui-lui-sauve-la-vie-cancer-testicules-622x374

 

رَبِّ لاَ تَذَرْنِي فَرْداً وَأَنتَ خَيْرُ الْوَارِثِينَ 
Mon seigneur ne me laisse pas seul,tu es le meilleur des héritiers.
Wa zakariyyâ 'idh nâdâ rabbahu Rabbi lâ tadharni fardan wa 'anta khayru l-wârithîn
[Qu'ràn 21;89]

Invocation de Zakariyyâ par lesquelles Allâh lui accorda Yahya:
رَبِّ هَبْ لِي مِن لَّدُنْكَ ذُرِّيَّةً طَيِّبَةً إِنَّكَ سَمِيعُ الدُّعَاء 
Ô Seigneur, accorde moi, venant de toi, une descendance vertueuse. Car tu es celui qui exauce les prières.
Hunâlika da'â zakariyyâ rabbahu qâla rabbi hab lî min ladunka dhurriyyatan tayyibatan 'innaka samî'u d-du'â'
[Qu'ràn 3;38]

رَبِّ إِنِّي وَهَنَ الْعَظْمُ مِنِّي وَاشْتَعَلَ الرَّأْسُ شَيْباً وَلَمْ أَكُن بِدُعَائِكَ رَبِّ شَقِيّاً وَإِنِّي خِفْتُ الْمَوَالِيَ مِن وَرَائِي وَكَانَتِ امْرَأَتِي عَاقِراً فَهَبْ لِي مِن لَّدُنكَ وَلِيّاً يَرِثُنِي وَيَرِثُ مِنْ آلِ يَعْقُوبَ وَاجْعَلْهُ رَبِّ رَضِيّاً 
Seigneur, dit-il, mes forces déclinent, ma chevelure s’illumine de blancheur. Et jamais, Seigneur, je n’ai été déçu en T’adressant mes prières.Je crains la parentèle, après ma mort, car ma femme est stérile. Accorde-moi, par un effet de Ta grâce, un successeur,qui héritera de moi et de la famille de Jacob. Et fais, Seigneur, qu’il soit agréé de Toi !»
Qâla Rabbi 'innî wahana l-'azmu minnî wa chta'ala r-ras'u chayban wa lam 'akun bi-du'â'ika Rabbi chaqiyyâ.
Wa 'innî khiftu l-mawâliya min warâ'î wa kânati mra'ati 'âqiran fa-hab lî min ladunka waliyyâ.
Yarithunî wa yarithu min 'âli ya'qûba wa j'alhu Rabbi radiyyâ.

Invocation de Ibrahîm Alayhi salam par laquelle Allâh lui accorda Ismaïl et Ishaq :
رَبِّ هَبْ لِي مِنَ الصَّالِحِينَ
Seigneur accorde moi une progéniture vertueuse.
Rabbi hab lî mina s-sâlihîn.

Invocation avant les rapports :

Au nom d’Allah. Ô Seigneur ! Eloigne de nous le diable, et éloigne le diable de ce que Tu nous accorderas.
بِسْمِ الله اللّهُـمَّ جَنِّبْنا الشَّيْـطانَ، وَجَنِّبِ الشَّـيْطانَ ما رَزَقْـتَنا
Bismi l-lâhi. Allâhumma jannibnâ sh-shaytâna, wa jannibi sh-shaytâna mâ razaqtanâ.
(Rapporté par Boukhari et Mouslim)

Posté par Assya Hayati à 18:14 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,

Dou3as pendant la grossesse

pregnancy-pictures

 

Invocations pendant la Grossesse :

رَبِّ إِنِّي نَذَرْتُ لَكَ مَا فِي بَطْنِي مُحَرَّراً فَتَقَبَّلْ مِنِّي إِنَّكَ أَنتَ السَّمِيعُ الْعَلِيمُ 
"Seigneur, je T'ai voué en toute exclusivité ce qui est dans mon ventre. Accepte-le donc, de moi. C'est Toi certes l'Audient et l'Omniscient". 
(Invocation de La femme d'imran et mère de Maryam (mère de Issa Alayhi salam)

'Idh qâlati mra'atu 'imrâna Rabbi 'innî nadhartu laka mâ fî batnî muharraran fa-taqabbal minnî 'innaka 'anta s-samî'u l-'alîm.
[Qu'ràn 3;35]


" C'est Lui qui vous a créés d'un seul être dont il a tiré son épouse, pour qu'il trouve de la tranquillité auprès d'elle; et lorsque celui-ci eut cohabité avec elle, elle conçut une légère grossesse, avec quoi elle se déplaçait (facilement). Puis lorsqu'elle se trouva alourdie, tous deux invoquèrent leur Seigneur : "Si Tu nous donnes un (enfant) sain, nous serons certainement du nombre des reconnaissants. "

Huwa l-ladhî khalaqakum min nafsin wâhidatin wa ja'ala minhâ zawjahâ li-yaskuna 'ilayhâ fa-lammâ taghachchâhâ hamalat hamlan khâfîfan fa-marrat bihi fa-lammâ 'athqalat da'awa l-lâha Rabbahumâ la-'in 'âtaytanâ sâlihan la-nakûnanna mina ch-châkirin.
[Qu'ràn 7;189]

Posté par Assya Hayati à 18:10 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

Gérer les douleurs de l'accouchement en islam

femme-ombre-enceinte

 

Invocation pour les douleurs : 
"[En posant sa main sur l’endroit douloureux : ] Au nom d’Allah [trois fois], je me mets sous la protection d’Allah et de Son pouvoir contre le mal que je ressens et que je cherche à éloigner [sept fois].

" بِسْمِ اللهِ (ثَلاثاً) أَعُوذُ باللهِ وَقُدْرَتِهِ مَنْ شَرِّ مَا أَجِدُ وَأُحَاذِرُ - سبع مرات
Bismi l-lâhi (3 fois), puis : Ahûdhu bi-l-lâhi wa qudratihi min sharri mâ ajidu wa uhâdhiru (7 fois).
(Invocation du prophète Alayhi salat wa salam. Rapporté par Muslim).

 

La femme peut également réciter ce dou3a:

La Ilaha ila Allah al-‘adhim al-Halim
Il n’y a de dieu que Dieu, le Sublime, le Magnanime.
La Ilaha ila Allah rabbu al-‘archi al-radhim
Il n’y a de dieu que Dieu, le Seigneur du Trône sublime.
La Ilaha ila Allah rabbu as-samawâti wa rabbu al-ardi rabbu al-‘archi al-Karim
Il n’y a de dieu que Dieu, le Seigneur des cieux, le Seigneur de la terre, le Seigneur du noble Trône.

 

Et elle peut aussi réciter ce verset 62 sourate 27 :

« N’est-ce pas Lui qui répond à l’angoissé quand il L’invoque, et qui enlève le mal, et qui vous fait succéder sur la terre, génération après génération, – Y a-t-il donc une divinité avec Allah ? C’est rare que vous vous rappeliez ! »

 

 

Fatima Radi Allahu anha rapporte :

« A l’approche de mon accouchement, le prophète alayhi salat wa salam ordonna à Umm Salama et à Zaynab bint Jahsh de se rendre auprès de moi et de lire à mon chevet « Ayat al kursi » (2/255), « Les Limbes » (7/54), et les deux sourates protectrices (sourate 113 et 114).

 

– Sourate 2 Verset 255 :

« Allah! Point de divinité à part Lui, le Vivant, Celui qui subsiste par lui-même « Al-Qayyum ». Ni somnolence ni sommeil ne Le saisissent. A lui appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Qui peut intercéder auprès de Lui sans Sa permission? Il connaît leur passé et leur futur. Et de Sa science Il n’embrasse que ce qu’Il veut. Son Trône « Kursy » déborde les cieux et la terre, dont la garde ne Lui coûte aucune peine. Et Il est le Très Haut, le Très Grand. »

 

– Sourate 7 Verset 54 :

« Votre Seigneur, c’est Allah, qui a créé les cieux et la terre en six jours, puis S’est établi « istawa » sur le Trône . Il couvre le jour de la nuit qui poursuit celui-ci sans arrêt. Il a créé le soleil, la lune et les étoiles, soumis à Son commandement. La création et le commandement n’appartiennent qu’à Lui. Toute gloire à Allah, Seigneur de l’Univers ! »

 

– Sourate 113 :

« Dis: « Je cherche protection auprès du Seigneur de l’aube naissante, contre le mal des êtres qu’Il a créés, contre le mal de l’obscurité quand elle s’approfondit,contre le mal de celles qui soufflent [les sorcières] sur les nœuds, et contre le mal de l’envieux quand il envie. » 

 

–  Sourate 114 :

« Dis : « Je cherche protection auprès du Seigneur des hommes. Le Souverain des hommes, Dieu des hommes,contre le mal du mauvais conseiller, furtif, qui souffle le mal dans les poitrines des hommes, qu’il (le conseiller) soit un djinn, ou un être humain ». »

 

– Sourate 99 :

« Quand la terre tremblera d’un violent tremblement, et que la terre fera sortir ses fardeaux, et que l’homme dira : « Qu’a-t-elle? » ce jour-là, elle contera son histoire, selon ce que ton Seigneur lui aura révélé [ordonné].
Ce jour-là, les gens sortiront séparément pour que leur soient montrées leurs oeuvres.Quiconque fait un bien fût-ce du poids d’un atome, le verra, et quiconque fait un mal fût-ce du poids d’un atome, le verra. »

 

 

On peut réciter des versets du Noble Qu’ran sur de l’eau qu’on donnera à boire à la femme enceinte pendant l’accouchement ou pendant le travail. La sourate 13 Verset 8 et la sourate 41 peuvent être lues sur de l’eau à laquelle sera mélangé du safran, la femme pourra se masser le ventre également.

 

Il est recommander aux femmes enceintes de manger des dattes comme Dieu a prescrit à Myriam radiallahu anha Sourate 19 Versets 25-26, boire de l'eau de zam-zam, et réciter beaucoup de Qu'ràn et bien sur faire beaucoup de doua'as.

 

 

source

Posté par Assya Hayati à 18:07 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

Les pleurs des enfants pendant la prière

108480870

 

Ceci est un sujet sur lequel j’aimerai attirer l’attention qui a un rapport bénéfique avec la science٫ les permissions liées à la religion٫ la bonté et aussi les bénéfices qu’il convient au musulman de tirer des règles religieuses en ce qui concerne l’éducation des enfants.

 

Ce sujet concerne les pleurs de l’enfant lorsque sa mère est en prière, qu’elle soit chez elle ou à la mosquée lors de la prière en commun. Et beaucoup de mères sont éprouvées par cela.  Donc nous allons mentionner quelques remarques importantes.

 

Premièrement :

Fait partie de la sunna que l’imam allège sa prière lorsqu’il entend les pleurs d’un enfant. Et le Prophète (salla llahou aleihi wassalam) avait l’habitude de faire cela. Il (salla llahou aleihi wassalam) allégeait sa prière car il savait que cela préoccupait la mère de cet enfant.

 

Deuxièmement :

Les savants ont dit qu’il est permis à la femme de faire de petits mouvements dans la prière afin de faire taire son enfant. Et il est authentiquement rapporté que le Prophète (salla llahou aleihi wassalam) a fait des mouvements en prière, dans l’intérêt de la prière, sans que cela ne lui cause de préjudice ni au reste des prieurs. Il est authentiquement rapporté que le Prophète (salla llahou aleihi wassalam) a prié en portant Oumama, la fille de Zaynab. Il (salla llahou aleihi wassalam) l’a posé à terre lorsqu’Il (salla llahou aleihi wassalam) se prosternait et lorsqu’Il (salla llahou aleihi wassalam) se relevait Il (salla llahou aleihi wassalam) l’a reprenait. Cela prouve qu’Il(salla llahou aleihi wassalam) faisait des mouvements pendant la prière, alors qu’Il était Imam(salla llahou aleihi wassalam) . Et cela démontre que les petits mouvements lors de la prière ne nuisent pas à celle-ci. Et il y a peut-être certaines mères qui pensent que les petits mouvements en prière l’invalident alors qu’il n’en est rien. Comme nous venons de l’entendre concernant ce que faisait le Prophète.

 

Troisièmement :

Si la femme sait que son enfant va pleurer si elle le pose à ce moment là car il a besoin d’être allaité, qu’il est malade ou autre, il vaut mieux qu’elle retarde un peu la prière ou qu’elle ne prie avec le groupe pour que cela ne cause pas de tort au bébé et que cela ne dérange pas les autres prieurs.

Pour la femme, la prière en commun n’est pas une obligation, elle n’est même pas recommandée. Et la récompense pour la femme est plus élevée lorsqu’elle accomplit la prière chez elle.

 

Quatrièmement :

S’il n’est pas possible que l’enfant se taise sauf si sa mère l’allaite pendant qu’elle prie, ou alors qu’elle sorte de la prière. Lui est-il permis de l’allaiter alors qu’elle est en prière ? Certains savants sont d’avis que cela est permis. Il est permis qu’elle l’allaite alors qu’elle est debout en prière tant qu’elle ne se découvre pas. Cela fait partit des petits mouvements qui ne nuisent pas à la prière. Mais si elle sait qu’elle n’est pas capable de faire cela, est-il mieux pour elle de continuer à prier ou alors de couper sa prière ? Si elle sait que l’enfant ne va pas patienter et qu’il va continuer à pleurer jusqu’à ce que cela nuise et dérange les autres prieurs٫ il n’y a pas de doute que le mieux est qu’elle sorte de la prière. Elle sort de la prière et prie plus tard.

 

Voici les quelques remarques sur lesquelles j’ai voulu attirer l’attention afin que l’on puisse profiter de ces règles religieuses. Aussi car il est possible que certaines femmes avec la grande importance qu’elles donnent à faire le bien ou le fait qu’elle ne soit pas au courant de ces facilités, pensent que faire une des trois choses mentionnées annule la prière et va en contradiction avec la bienfaisance. De ce fait, elles ne font pas ces choses là. Alors qu’en réalité la miséricorde d’Allah est bien plus grande ainsi que sa compassion pour Ses serviteurs. Et Sa bienfaisance englobe toute chose. C’est pour cela que j’ai mentionné ces points.

 

Et Allah est plus savant.

 

Fin du rappel de Cheikh Abdullah Al Adani

Le 21 de Safar 1428 à Dar Al Hadith de Shihr.

Posté par Assya Hayati à 18:02 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

27 juillet 2015

CD "Roqya pour bébé" de la Famille Musulmane

cda-070810-aa1

 

 

Prix : 5e

Durée : 20min

 

Ce CD commence par une voix de maman qui chante "dodo l'enfant do"... hum... ils parlent, ca met longtemps a commencer, le tout surmonté par des gazouillis de bébé qui je trouve personnellement m'agacent et gachent le reste. Puis viennent les dou3as et enfin le Coran récités par le papa. La voix n'est pas spécialement douce ni rien, franchement pour cette qualité autant réciter soi-même à son bébou (ca evitera tout le blabla du début)

Je déconseille! En plus c'est cher pour ce que c'est.

Posté par Assya Hayati à 20:12 - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

03 mai 2015

Salwa va à la mosquée

o-MOSQUE-facebook

 

 


Salwa vient d'avoir sept ans. Elle est très fière d'être une grande fille et de faire la prière avec ses parents.
Aujourd'hui, c'est vendredi, et comme c'est les vacances, Salwa va aller avec sa maman à la mosquée. Elle est très contente, car elle sait qu'on va à la mosquée pour prier Dieu, et que c'est important de penser à Dieu. Le vendredi, les musulmans se retrouvent à la mosquée pour prier ensemble : c'est un jour de fête.



Salwa prend le bus avec sa maman. En descendant du bus, elle voit beaucoup de musulmans, de tous les âges et de tous les pays, qui se dirigent vers la mosquée.

- Mâ châ Allah, dit sa maman. Il y a beaucoup de monde !


Salwa entre avec sa maman par la porte réservée aux femmes, et elles vont faire les ablutions. Puis elles prennent place sur le grand tapis où sont déjà installées plusieurs rangées de femmes. Après avoir fait une prière de deux rak`a, elles s'assoient en silence. Bientôt on entend, par un haut-parleur, l'imam qui commence son sermon. Il parle un peu en français et un peu en arabe. Salwa écoute attentivement, même si elle ne comprend pas tout ce qu'il dit. À côté d'elle, un petit enfant s'agite sur les genoux d'une dame africaine. Salwa lui fait des sourires, et le petit enfant reste sage. Des dames et des enfants continuent à arriver, et bientôt la salle est pleine.




Après les invocations et l'appel à la prière, voici le moment de prier. Tout le monde se lève et se tient en rangs serrés. Salwa est entre sa maman et la dame africaine, qui a attaché son bébé dans son dos.

L'imam dit : Allahou akbar ! Une autre voix d'homme répète, puis tous les fidèles répètent après lui : Allahou akbar ! Quand l'imam a fini de réciter la sourate al-Fâtiha, tout le monde dit : âmîne. Salwa est très émue. Pour la première fois elle comprend pourquoi c'est si important de prier ensemble. Elle se rappelle ce que son papa lui a expliqué : " Pendant la prière en commun, les gens sont tous pareils. Ils sont tous unis devant Dieu. "
Puis l'imam récite une sourate un peu longue que Salwa ne connaît pas. Ensuite, pendant la seconde rak`a, il récite la sourate al-Kâfiroûn et Salwa est toute fière de reconnaître une sourate qu'elle connaît par cœur !

 

À la fin de la seconde rak`a, l'imam dit as-salamou `alaykoum, et les gens le répètent après lui : la prière est terminée. Après les invocations, les gens font, chacun tout seul, une prière de deux rak`a. C'est une prière volontaire, explique maman.

Une dame distribue du pain qu'elle a fait à sa maison. Que c'est bon !
Maman parle avec des dames qu'elle connaît. Salwa joue avec d'autres enfants. Au bout d'un moment, Maman dit : " Allez, Salwa, on va rentrer. "


Elles sortent de la mosquée : la rue est pleine de monde ! Soubhanallah, se dit Salwa, tous ces gens étaient avec nous en train de prier !
Devant la mosquée, il y a des gens pauvres qui demandent l'aumône. Salwa reconnaît des dames qui étaient avec elles à la prière. Maman lui donne quelques pièces pour
leur donner.

Puis Salwa et sa maman vont reprendre le bus pour rentrer à la maison. Salwa est heureuse car elle a compris qu'elle appartient à une communauté.

Discussions autour du prophète

108480870

 

La nuit venait de tomber. La maman de Mariam avait mis le dîner sur le feu et toute la famille était réunie dans le salon pour discuter des évènements de la semaine.
En effet, durant toute la semaine, chaque membre vaquait à ses occupations, mais le vendredi soir était le moment qu’ils avaient choisi pour se retrouver autour du dîner.
Ainsi, le papa de Mariam et sa grande soeur rentraient tôt du travail ce jour-là pour ce moment de partage. Sa deuxième sœur et son frère se débrouillaient également pour ne pas tarder après leur journée de cours à la fac et au lycée. Et Mariam, dès son retour de l’école, aidait maman dans la cuisine afin que leur réunion hebdomadaire puisse se faire sans se soucier de la préparation du repas.

Ca y est ! Ils étaient tous ensemble.
Après avoir discuté de leur semaine et échangé sur les divers sujets qui les avaient préoccupés, leur papa leur dit :

- Mes enfants, voilà près de 1450 ans, naissait le Prophète Mohammed, que la paix soit sur lui. Aujourd’hui, nous allons parler de la naissance de ce grand homme. Chacun de nous a été touché par l’histoire du Prophète d’une manière ou d’une autre. J’aimerais que chacun d’entre vous partage avec les autres ce qui l’a vraiment touché dans l’histoire de ce grand homme.

Bien sûr, c’est Mariam qui voulut commencer.

- Moi ce qui m’a le plus impressionnée chez notre Prophète, c’est sa patience et sa persévérance.
Pendant 23 ans, il a parlé de l'islam sans s'arrêter. Il a fait entendre la parole divine aux petits, aux grands, aux riches et aux pauvres… Rien ne pouvait l’arrêter. Et pourtant, il a été très maltraité par les gens.

 

- Tu as raison Mariam, dit maman. Même dans les moments les plus difficiles où il était maltraité et où les gens étaient injustes avec lui, le Prophète Mohammed a toujours continué sa mission.
D’ailleurs, lorsque sa tribu Quoraish, lui a suggèré d’en faire leur roi, de lui donner tout leur argent, d’en faire l’homme le plus important de la Mecque, notre Prophète a répondu à son oncle venu parler pour lui : « Mon oncle! S’ils mettaient le soleil dans ma main droite et la lune dans ma main gauche pour que je n’appelle plus les gens à l’Islam, je ne cesserai jamais jusqu’à ce que Dieu fasse triompher l’Islam ou que je meurs en le défendant »

Puis ce fut au tour du grand frère de Mariam, Saïd, de parler.

- Moi, dit-il, C’est sa Miséricorde qui m’interpelle. Je le vois rentrer vainqueur à la Mecque, mais sans être fier de lui et sans se sentir supérieur et en baissant la tête sur son cheval pour remercier Allah qui lui a donné cette victoire. Il a retrouvé les gens qui l’ont chassé et qui ont essayé de le tuer à plusieurs reprises. Malgré cela, il n’a pas cherché à se venger ou à leur faire du mal. Et quand il leur a demandé : « Que pensez-vous que je vais vous faire ? », les Qorayshites lui ont répondu : « Tu es un frère généreux, fils d’un frère généreux ». Il leur a dit alors : « Partez ! Vous êtes libres ».

 

Quand ce fut au tour de Sara, la grande sœur de Mariam de parler, elle évoqua la beauté du Messager d’Allah.

En effet, il y a quelques temps de cela, alors que Sara vivait une épreuve, elle a eu la chance de le voir en rêve. Elle a été subjuguée par son physique.

- Décris-le-nous s’il te plaît, dit Salma.

- Il était de taille moyenne et assez solide. Il avait la tête forte, le teint mat, les joues lisses, une grande barbe et les cheveux ondulés. Une veine s’élevait sur son front à la naissance de son nez entre ses sourcils bien arqués et très rapprochés. Ses grands yeux, avec de longs cils, étaient d’un noir profond avec quelques reflets rouges. Sa bouche était grande et ses dents, blanches, étaient légèrement écartés sur le devant. La paume de ses mains aux doigts allongés était large et douce au toucher. Il était magnifique !
Tout le monde s’empressa de remercier Sara pour sa description précise de notre Prophète.

Puis ce fut le tour de Salma, l’autre grande sœur de Mariam.

 

- Moi, dit Salma, c’est son amour pour sa famille et ses enfants. J’aime cette métaphore quand il répond à son épouse Aîcha alors qu’elle lui demande : « Comment est ton amour pour moi ? » et qu’il lui répond : « Comme un nœud ». Ce nœud représente bien la force et le lien de cet amour. Je trouve cette image super belle. J’aime aussi comment il se comporte avec sa fille Fatima Al Zahra’.Sa façon de se lever pour l’accueillir, de la laisser s’assoir à sa place. Tous ces petits gestes affectueux qui prouvent à sa fille combien il l’aime et combien elle est importante à ses yeux.

- A toi maman ! Quelle est la qualité de notre Prophète Mohammed qui te fascine le plus ? demanda Mariam. 


- Je pense que c’est sa sagesse, dit la mère de Mariam. Moi qui réagis trop rapidement et sans controler mes sentiments, je me rappelle du Prophète qui discute avec ce jeune homme venant lui demander l’autorisation de faire un péché. Il ne l’a pas grondé. Il a juste discuté avec lui des méfaits de ce péché. Puis il a mis sa main sur le cœur du jeune homme en demandant à Allah d’enlever l'envie de faire cette bêtise.
Son compagnon Anas qui le servit pendant dix ans avait même déclaré « Jamais il ne me cria dessus ; jamais même, il ne me demanda « As-tu fais ceci ? » ou « Pourquoi n’as-tu pas fais cela ? ». Je lui envie cette sagesse qui lui a permis de trouver une solution à chaque problème.

 

- A ton tour papa, dit Saïd.

Le papa de Mariam prit la parole.
- Les qualités de notre Prophète Mohammed sont nombreuses. Il était honnête et sincère, il disait toujours la vérité. C’est pour cela qu’on le surnommait al Sadek al Amine ce qui signifie le plus véridique, le plus honnête et le plus digne de confiance. Il était généreux, il aimait donner aux autres.
Il était courageux et a participé à beaucoup de batailles avec ses compagnons. Mais la qualité que je trouve la plus touchante chez notre Prophète est sa disponibilité, son écoute : il écoutait chaque personne qui venait à lui, qu'elle soit riche ou pauvre, jeune ou vieille.
Cet homme avait la charge de transmettre la nouvelle religion de Dieu au monde et de changer le monde; cet homme malgré la taille et la difficulté de sa mission trouvait le temps de plaisanter avec les enfants, de rendre visite aux malades.
Il suivait la petite fille qui le tenait par la main et l’emmenait au marché, il recevait la femme qui venait lui raconter ses soucis avec son mari. Il était tellement gentil et aimant que nous lui manquions déjà alors que nous n’étions pas encore nés.
N’a-t-il pas dit à ses compagnons : « J’aurais aimé rencontrer mes frères bien-aimés ; ils me manquent ». Les compagnons lui demandèrent alors : « Ne sommes-nous pas tes frères ? ». Il leur répondit : « Non. Vous êtes mes compagnons. Mes frères sont ceux qui croient en moi sans m’avoir jamais vu ».
Qu’Allah nous compte parmi les frères du Prophète Mohammed car on croit en lui et on l’aime alors qu'on ne l’a jamais vu.
Qu'Allah nous réunisse avec lui dans le Firdaous, l’étage le plus élevé et le plus beau du paradis. Amine Amine Amine.

Et c’est sur ces invocations que se termina la soirée de Mariam et de sa famille autour de notre Prophète Mohammed le bien-aimé.